17 septembre 2020

17.09.2020 Journal #6 Surfer sur la vague

Inspirer, expirer fort. Ecouter ma fatigue et mon enthousiasme se disputer les faveurs de mon attention. Ces derniers jours sont intenses, enfiévrés, beaux. Fatigants aussi.

Hier, je n’ai pas écrit ici, la journée est passée à toute vitesse et le soir, pouf, à 21h, je dormais à poings fermés.

Ce matin, je me suis dit que ça ne me va pas d’écrire en fin d’après-midi ou le soir… mon énergie intérieure est cramée. Mais je n’ai pas réussi à faire de la place en journée. Et ce soir… ce soir, j’ai failli renoncer, en me disant que j’écrirai demain matin… et puis ma petite voix m’a soufflé de persévérer. Que sauter un jour, ce n’est pas grave mais deux… ça sera plus dur d’y revenir ensuite… Ma petite voix parle d’expérience. Elle sait que si je loupe deux jours d’un projet quotidien, le retour à l’habitude est terrible… et souvent, je n’y arrive pas.

J’applique donc la règle « jamais 2 jours d’affilée » (c’est une vraie règle anti-procrastination mais j’ai oublié son nom). Alors, me voici. Et avec les mots, le plaisir qui fait reculer la fatigue.

En ce moment, je vis dans le flow le plus total. J’enchaîne les idées et les actions et les rencontres et les moments de repos… je navigue d’un sujet à l’autre, en faisant des transitions… et que ça me facilite la vie ! Prendre le temps de boire un grand verre d’eau, lentement, en conscience est excellent pour switcher entre deux activités ou deux états émotionnels.

Et c’est assez bizarre, mais en même temps que j’expérimente cet état de flow, ressurgit une envie de recréer une nouvelle routine du matin. La mienne dure depuis tellement longtemps que je m’en suis lassée mais je la continue par habitude… et pas tous les jours, d’ailleurs.

Désormais, après mes pages du matin et 5 min de méditation contemplative, j’ai envie de systématiquement débuter mes journées par un temps dédié à l’apprentissage, aux formations que je suis… Nourrir mon cerveau et mon inspiration en priorité. Ces derniers jours, c’est ce que j’ai fait et je vois la différence. Je suis plus alerte, plus apaisée et bien dans ma tête.

Suivre le flow, mes intuitions, mes élans… mon design humain est fait sur-mesure pour ce fonctionnement-là… et si je l’ai longtemps réfréné, c’est parce que je pensais que c’était signe d’instabilité. Maintenant, je sais que c’est juste « danser avec la vie », comme l’a dit ma coach Joanne il y a peu. C’est pas toujours confortable… mais c’est franchement jouissif quand on arrive à dépasser ses conditionnements. Ca nous permet de profiter à fond des bons moments, et d’accepter plus facilement les moments moins cool (comme celui, aujourd’hui, où j’ai reçu des résultats médicaux pas terribles – même s’il n’y a rien de grave, je vais avoir des traitements à suivre sur du long terme – 10 minutes avant mon atelier dans La Bulle- ma communauté en ligne)(oui, d’ailleurs, j’ai rebaptisé Le Club du Café des Rêves en Bulle du Café des Rêves parce que… c’est mieux, tout simplement.).

Enfin bref, j’apprends à surfer sur la vague… et c’est riche en apprentissages !

A demain !
Sofia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *