19 septembre 2020

19.09.2020 Journal #7 – Stratégie du Projector : le détail qui change tout

Samedi matin. Réveil lent et long, j’aime prendre mon temps le week-end.

Je parcours les news en buvant mon café. Ruth Bader Ginsbug, juge à la Cour Suprême des USA, est décédée. Je ne sais pas pourquoi je me sens aussi émue. Après la disparition de Gisèle Halimi, j’ai l’impression que c’est la mémoire d’une génération entière de féministes qui s’en va. J’ai l’impression d’être un peu plus orpheline dans cet héritage, à chaque fois que l’une de ces femmes nous quitte.

Pourtant, il y a de la relève. Partout dans le monde. Des femmes, des jeunes femmes, prennent la parole, se battent, s’engagent. Je trouve cela tellement inspirant, tellement beau… et tellement flippant aussi. Parce que le patriarcat ne se laisse pas faire. Et plus la parole féministe se fait entendre, plus le système tape fort. Parfois, je me sens seule, dans mon coin. D’autres fois, je me sens fortifiée en sentant ces mouvements pour l’égalité des droits prendre de l’ampleur.

Cette semaine a été spéciale. L’impression que le voile se levait sur tous pleins de sujets. Des déclics, des prises de conscience, des évidences, des décisions… Je me suis sentie parfois bousculée, même par le positif, parce que c’est allé vite. Et en même temps… QUE CA FAIT DU BIEN ! Haha Que ça fait du bien de comprendre que la confusion, la fatigue mentale, … étaient les symptômes d’une maturation, mais aussi les effets des derniers mois qui ont été bien challengeants. Que ça fait du bien de sentir que je récupère mes facultés intellectuelles et créatives.

Cette semaine, je me suis auto-reconnue. La reconnaissance est une des clés de la Stratégie des Projectors. Nous devons attendre d’être reconnu.e.s par les bonnes personnes, et ensuite attendre de recevoir les justes invitations, pour faire ce pour quoi nous sommes les plus doués : guider l’autre. Trop souvent, la partie « reconnaissance » est comprise comme une reconnaissance extérieure, et c’est le cas : pour avoir un impact auprès des personnes que nous voulons aider, nous devons attendre qu’ils nous reconnaissent dans cette capacité. Pourtant, la première des reconnaissances, c’est la notre. Celle que nous avons envers nous-mêmes. Parce que c’est difficile d’être reconnu.e par autrui, si nous ne le sommes pas dans notre propre regard. C’est difficile de croire les autres si nous ne voyons pas notre propre valeur.

Une fois que nous nous auto-reconnaissons, nous n’avons plus besoin d’attendre la reconnaissance des autres comme une espèce de validation de qui nous sommes… mais comme le signe que nous sommes sur la bonne voie vers nos objectifs.

La reconnaissance extérieure est le miroir de notre propre auto-reconnaissance.

Une fois qu’on adopte cet angle d’approche de notre stratégie, la vie est vraiment, vraiment plus facile et fluide ! Et comme la vie est plus facile et fluide, que nous en expérimentons concrètement les conséquences positives, ça renforce le cercle vertueux de suivre notre design.

A demain !
Sofia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *